À propos des insectes xylophages

Les ravageurs du bois sont des microorganismes et des insectes xylophages qui détériorent la valeur du bois déjà dans son état vivant, l’arbre, et plus tard lors de la transformation et de l’utilisation. 

Les dits ravageurs du bois font, d’un point de vue biologique, partie de l’écosystème. Ces insectes et microorganismes décomposent les végétaux en libérant ainsi des éléments nutritifs aux jeunes pousses. De cette manière, ils sont indispensables au cycle du carbone dans le monde entier. Cependant les champignons ne différencient malheureusement pas la branche tombée par terre du poteau de palissade. Certaines espèces de champignons ou d’insectes xylophages prospèrent particulièrement bien dans les conditions créées par l’homme et deviennent ainsi de redoutables ravageurs du bois.

Les champignons nécessitent suffisamment d’humidité pour leur croissance et sont, par ailleurs comme les insectes xylophages, sensibles à la température. En conséquence, le degré d’exposition des constructions et objets en bois à ces risques est très variable. Le bois en contact avec la terre est doublement menacé car ce contact crée un environnement idéal pour certains champignons et bactéries. Le bois utilisé à l’intérieur n’est pas menacé par les champignons, sauf si l’humidité s’infiltre, suite à des défauts de construction. Ces sources d’humidité sont multiples : fuites dans la toiture, manque de barrières d’humidité ou condensation.

Les insectes xylophages, comme la vrillette ou le capricorne, attaquent également le bois sec utilisé à l’intérieur des habitations. Par rapport au risque lié aux champignons qui peuvent se répandre partout par leurs spores, le risque d’exposition aux insectes xylophages est limité géographiquement.

La norme DIN 68800 indique le degré d’exposition du bois aux différents ravageurs par rapport à leur utilisation. Dans de nombreux cas, surtout si le bois est exposé aux éléments naturels, une protection adaptée au type de bois est indispensable.

Holzzerstörende Pilze

Le bois et ses dérivés peuvent être détruits par des champignons xylophages. Ces champignons forment sur le bois et dans le bois des réseaux d’hyphes appelés mycéliums.

Normalement ces champignons poussent uniquement sur le bois et ses dérivés quand ils ont une teneur élevée en humidité. Le développement des champignons nécessite une température entre 3°C et 40°C et un taux d’humidité du bois de 15%.

Les champignons xylophages sont classifiés dans 3 groupes principaux selon leur type de pourriture : la pourriture brune, la pourriture blanche et la pourriture molle.

  • Qu’est-ce que la pourriture brune ?
    La pourriture brune décompose principalement les glucides du bois, c'est-à-dire la cellulose et l’hémicellulose. La lignine brune n’étant pas décomposée, le bois se teinte en marron.
    Le bois perd de sa masse, de son volume et de sa stabilité. En séchant le bois se rétrécit et est parsemé de fentes verticales et horizontales et a ainsi la structure caractéristique de la décomposition cubique. En phase terminale, le bois tombe en poussière brune entre les doigts. La pourriture brune attaque généralement le bois de conifère et dans certains cas le bois de feuillu. La pourriture brune peut être trouvée dans les arbres vivants mais affaiblis, ainsi que dans l’aubier et le cœur du bois transformé. Les champignons suivants font partie de la pourriture brune: la mérule, coniophore des caves, antrodia vailantii et la lenzyte.
  • Qu’est-ce que la pourriture blanche ?
    La pourriture blanche détruit la lignine aussi bien que la cellulose dans la paroi cellulaire du bois. La structure extérieure du bois reste longtemps intacte, contrairement aux effets de la pourriture brune. Le bois perd de sa masse, de sa stabilité et s’éclaircit. Même en phase terminale le bois garde sa structure fibreuse et ne se subit pas la décomposition cubique.
    Il se peut que des lignes foncées apparaissent sur le bois attaqué par la pourriture blanche. Ces lignes séparent les parties saines des parties malades ou affaiblies par d’autres champignons.
    La pourriture blanche se trouve surtout dans le bois de feuillu. Les champignons suivants sont les types les plus courants : le polypore des caves ( Donkiopera expansa), l’amadouvier ( Heterobasidion annosum), le Coriolus versicolor, le Fomes fomentarius et le Asterostroma cervicolor.
  • Qu’est-ce que la pourriture molle ?
    La pourriture molle détruit les glucides dans les parois cellulaires. Elle apparait le plus souvent dans du bois constamment exposé à l’humidité ou au contact avec une terre très humide. La pourriture molle attaque le bois en surface. Le bois contaminé prend une coloration foncée, gris-noir. Les parties malades sont visqueuses et molles et se déchirent en diagonale. Cette couche superficielle malade et colorée se distingue clairement des parties saines. La pourriture blanche s’attaque aussi bien au bois de conifère que de feuillu. La pourriture blanche appartient aux groupes des ascomycètes ou des deutéromycètes (fungi imperfecti) et par conséquent ne forment pas de grands ascocarpes. La plupart des pourritures blanches font partie des groupes des chaetomium, des phialophora et des humicola.

Insectes xylophages

Les insectes peuvent provoquer de gros dégâts sur le bois. Les insectes xylophages les plus répandus font partie de la famille des coléoptères, des guêpes, des fourmis et des termites. En cas d’attaque, il faut déterminer la sorte d’insecte et faire établir un diagnostic qui décidera du traitement nécessaire.

  • Insectes du bois frais et insectes du bois sec
    Parmi les insectes xylophages, on distingue les insectes du bois frais et les insectes du bois sec.
    Les insectes du bois frais déposent leurs œufs toujours sur du bois frais. Vu la durée de développement des larves dans le bois, l’éclosion des insectes peut se faire dans le bois d’œuvre. Toutefois, le bois d’œuvre ne peut être attaqué une deuxième fois. Les insectes du bois sec, par contre, déposent, sur le bois sec, leurs œufs qui donneront naissance à des larves. Les jeunes coléoptères peuvent attaquer les bois de construction plusieurs fois ou même attaquer les boiseries voisines. Parmi les insectes du bois frais, on distingue les bostryches, comme le bostryche liséré, le sirex, le perce-bois ou le longicorne variable.
    Parmi les insectes du bois sec, on distingue l’hylotrupe, la vrillette, le lycte brun, l'anobiidé et les termites.
  • Comment les insectes détruisent-ils le bois ?
    Pour la plupart des insectes xylophages, excepté les fourmis et les termites, les larves sont les éléments destructeurs du bois. Une fois les œufs déposés sur le bois, les larves se développent en l’espace de quelques jours et creusent des tunnels à l’intérieur du bois. L’ampleur des dégâts dépend de la sorte d’insecte et de l’importance de l’attaque. Les termites détruisent le bois aussi bien au stade de larve qu’au stade d’insecte.

Champignons changeant la couleur du bois

Les champignons changeant la couleur du bois peuvent provoquer des colorations bleuâtres, marron et autres. Ces décolorations se limitent le plus souvent à l’aubier. Les rayons sont en général touchés en premier car les champignons ne peuvent pas décomposer la substance du bois et se nourrissent des glucides et des corps gras stockés dans les rayons de l’aubier. Bien qu’ils ne détériorent pas le bois, celui-ci peut perdre de sa valeur avec le temps.

  • Différentes colorations
    Les décolorations provoquées par la pourriture bleue et les moisissures apparaissent surtout sur les résineux. La pourriture bleue pénètre dans le bois et change sa couleur également à l’intérieur. Raboter le bois ne sert donc souvent à rien. Les spores des moisissures colorent le bois à la surface et provoquent des taches. Des produits spéciaux anti-bleuissement, à enduire si possible directement après la coupe, protègent le bois contre les décolorations provoquées par les moisissures.
     
  • Les décolorations sont-elles toujours provoquées par les moisissures ?
    Pas tous les changements de couleur ne sont provoqués par des microorganismes. La saleté et la poussière se trouvant sur la surface des boiseries peuvent être prises pour des moisissures. Le bois coupé peut être décoloré à la suite de réactions avec des particules de fer. C’est le cas des arbres contenant du tannin, comme le chêne et le châtaignier, mais aussi du pin douglas, quand, lors du stockage ou de l’usinage, ils entrent en contact avec de l’eau qui renferme du fer. Les substances phénoliques du bois font une réaction avec les ions ferreux, provoquant des couleurs foncé.
    D’autre part, le bois peut se décolorer dans l’arbre en vie, comme par exemple au cours de la formation du noyau rouge du hêtre.

Infocenter bois