Protection contre les ravageurs du bois

Le bois est un matériau très polyvalent qui, grâce à sa capacité de régénération et ses nombreux autres avantages, est privilégié dans beaucoup de domaines.

Le bois étant un produit naturel, il est sujet à la décomposition. Afin de lutter contre ce phénomène, il existe de nombreuses techniques de protection. Pour une utilisation à l’extérieur, la protection privilégiée sera à la fois de nature constructive et chimique. Une protection seulement constructive n’est souvent pas suffisante pour garantir la stabilité d’éléments porteurs ou de blindage. Dans ces cas, une protection à base de produits chimiques sera nécessaire.

La protection chimique offre un plus large panel d’utilisations sur des essences peu résistantes comme le hêtre, l’épicéa ou le pin, en augmentant considérablement leur potentiel d’utilisation.
Elle permet de protéger les ressources et de favoriser l’utilisation des essences autochtones tout en préservant les essences tropicales.

La protection constructive du bois

Le risque d’une infestation du bois par des champignons dépend du taux d’humidité qui est propice à leur prolifération. Les moyens de construction évitant l’infiltration de l’eau dans le bois réduisent considérablement le risque d’apparition des champignons.

Cette mesure n’est toutefois pas suffisante contre la prolifération d’insectes xylophages qui peuvent détruire un bois même parfaitement sec.

La protection chimique du bois

Afin de protéger de manière efficace les bois utilisés en extérieur, au contact ou non avec la terre, contre les champignons et les insectes xylophages, il existe des produits de protection ayant reçu un agrément officiel validé par des tests modernes de toxicologie et d’éco-toxicologie.
Le bois utilisé par les jardiniers paysagistes est, en général, protégé par un procédé d’imprégnation en autoclave afin d’obtenir une protection en profondeur des essences locales peu résistantes.

En Allemagne, les professionnels de l’imprégnation sont soumis à la norme DIN 68800, paragraphe 3 « Protection chimique préventive du bois ». De plus, de nombreux professionnels allemands et italiens se conforment à la norme de qualité RAL GZ 411 « Eléments de bois imprégnés ».
Dans d’autres pays européens, il existe également des systèmes de contrôle de qualité comme en Scandinavie (NTR), en France (CTB B+), en Belgique (ATG), aux Pays Bas (Komo) en Suisse (Lignum) et en Autriche (KD-Holz).

Einloggen